sábado, 19 de abril de 2008

la grande traversée

Je veux être le petit voilier amarré à ton cou, que ta chaîne retient lorsqu'il ne résiste plus à ta tentation, lorsqu'il plonge et replonge dans ton décolletée marine… à perdre le souffle !

Je veux effleurer la surface frissonnante
de ta peau légèrement salée.

Sentir ton souffle chaud me pousser lentement
vers tes zones ombragées.

Planer sur la crête de la goutte parfumée
qui coule vers ta gorge profonde.

Dériver entre tes berges montagneuses en écoutant ton cœur battre comme les ailes d'une mouette autour de mon mât.

Tanguer vers tes rives inexplorées,
ivre et chancelant, devant ta beauté dévoilée.

M'accrocher à tes quais de dentelles.

Perdre le nord à la vue de tes phares érigés
qui me font des clins d'œil et que les marées caressent.

Chavirer au sein de ta vague qui... oh, me trouble !

M'agripper à tes bouées de perdition
qui se pointent sous des dessous brumeux.

M'échouer, épuisé, contre ton corps ruisselant
et me laisser bercer par la houle lorsque tu roules des hanches.

Je veux être le petit bateau ivre sous ton cou…
Qui rêve de boire la mer.

© Francis Pelletier